La décision concernant Flamanville repoussée à la fin de l’année | Utilitywise France
La décision concernant Flamanville repoussée à la fin de l’année

La décision concernant Flamanville repoussée à la fin de l’année

L’ASN, régulateur de l’énergie nucléaire, a annoncé retarder sa décision concernant la viabilité du site suite à la découverte de faiblesses dans la cuve du nouveau réacteur nucléaire EPR de Flamanville. En Octobre, l’ASN avait déclaré prendre une décision “rapidement”, mais les délais supplémentaires risquent fort d’impacter les plans d’EDF…

L’ASN, régulateur de l’énergie nucléaire, a annoncé retarder sa décision concernant la viabilité du site suite à la découverte de faiblesses dans la cuve du nouveau réacteur nucléaire EPR de Flamanville.

En Octobre, l’ASN avait déclaré prendre une décision “rapidement”, mais les délais supplémentaires risquent fort d’impacter les plans d’EDF qui comptait démarrer le réacteur en 2018. Le projet de Flamanville a rencontré des problèmes depuis le début de son développement, entrainant des retards et coûts supplémentaires signifiants. En Septembre, EDF avait annoncé que la centrale de Flamanville ne serait pas opérationnelle avant 2018, admettant que les coûts avaient augmenté, passant d’un budget initial de 3 milliards d’euros à plus de 10 milliards d’euros.

« Les entreprises devront conduire des tests, puis analyser les résultats. Nous devrons alors les analyser. Normalement, nous devrions être capables de prendre une décision d’ici la fin de l’année” a déclaré le directeur de l’ASN, Pierre-Franck Chevet.

Les tests menés en Avril 2015 ont montré des faiblesses dans la résistance de l’acier de la cuve du réacteur de l’EPR, augmentant les risques potentiels de fissures structurelles. Si l’ASN décide qu’Areva doit changer la cuve, le site de Flamanville pourrait connaître de forts délais. Les problèmes rencontrés à Flamanville suscitent des inquiétudes aux Royaume-Uni où EDF est en train d’obtenir les investissements finaux pour la construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point C.

M. Chevet a prévenu qu’il n’y avait pas de garantie que la durée de vie des autres réacteurs d’EDF pourrait être étendue. Un premier document sur l’allongement de la durée d’exploitation des réacteurs va être soumis à une consultation publique dans les prochaines semaines. Les difficultés financières du secteur nucléaire français inquiète aussi le régulateur. Areva est au bord de la faillite suite à des années de pertes.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le mercredi, le 24. février à 10.31