Réduction de la production nucléaire française : explications | Utilitywise France
Réduction de la production nucléaire française : explications

Réduction de la production nucléaire française : explications

Mercredi 28 septembre, EDF a annoncé que des tests supplémentaires seraient nécessaires sur 12 réacteurs nucléaires. EDF a déjà annoncé que ces tests pourraient prendre plus de temps que ce qui est prévu pour le moment. Ces arrêts vont affecter à la baisse la production des centrales nucléaires pendant l’hiver…

Mercredi 28 septembre, EDF a annoncé que des tests supplémentaires seraient nécessaires sur 12 réacteurs nucléaires. EDF a déjà annoncé que ces tests pourraient prendre plus de temps que ce qui est prévu pour le moment. Ces arrêts vont affecter à la baisse la production des centrales nucléaires pendant l’hiver alors que la demande d’électricité est la plus forte. Suite à l’annonce d’EDF, les prix de l’électricité sur le marché de gros ont fortement augmenté.

Une faiblesse de l’acier :

« En 2015, nous avons découvert un phénomène de ‘ségrégation du carbone’ sur le réacteur EPR de Flamanville. Nous avons décidé de vérifier d’autres équipements du parc nucléaire français pour s’assurer que d’autres composants ne sont pas impactés par le même phénomène », a déclaré un porte-parole d’EDF. « Certains arrêts pourraient ainsi être plus longs que prévu ».

Ce phénomène de ségrégation du carbone veut dire qu’une forte concentration de carbone se produit dans certaines parties de pièces forgées, rendant la zone plus fragile par exemple aux changements de température lors de refroidissements.

Début juin, l’Autorité de sûreté nucléaire a demandé à EDF de démontrer la résistance mécanique des fonds primaires de générateurs de vapeur, qui ont été fabriqués soit par Creusot Forge, soit pas une forge au Japon. Les fonds primaires sont placés à la base des générateurs pourraient présenter une forte concentration de carbone qui fragiliserait alors la résistance de l’acier, avec un risque plus élevé de propagation des fissures.

Des réacteurs nucléaires à l’arrêt :

Parmi les 12 réacteurs affectés, on compte les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim ainsi que les quatre réacteurs de la centrale du Tricastin, dont le réacteur 1 et 3 sont déjà en arrêt prolongé et les réacteurs 2 et 4 qui sont sous enquête de l’ASN.

La semaine dernière, EDF a annoncé que du fait des arrêts planifiés, la compagnie a dû revoir son objectif de production nucléaire à la baisse, passant de 395-400TWh à 380-390 TWh. Elle a aussi limité sa production nucléaire 2017 à 390-400TWh.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le lundi, le 10. octobre à 14.24