Marché du gaz et de l’électricité – semaine du 30/01/2017 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité – semaine du 30/01/2017

Marché du gaz et de l’électricité – semaine du 30/01/2017

L’électricité : La pression liée à la forte demande d’électricité pendant le mois de janvier, qui pesait sur les infrastructures françaises, s’est enfin relâchée maintenant que la vague de froid est passée. Les températures sont remontées, réduisant la demande pour le chauffage domestique. Les prix Day-ahead sont fortement redescendus, après…

L’électricité :

La pression liée à la forte demande d’électricité pendant le mois de janvier, qui pesait sur les infrastructures françaises, s’est enfin relâchée maintenant que la vague de froid est passée. Les températures sont remontées, réduisant la demande pour le chauffage domestique. Les prix Day-ahead sont fortement redescendus, après leur pic à plus de 120€/MWh alors que la fourniture était la plus tendue.

Les consommations d’électricité ont maintenant diminué, et les températures douces devraient durée dans les dix prochains jours. Alors que, la production éolienne reste basse, la disponibilité nucléaire continue de remonter, atteignant 90% alors que l’industrie mets les problèmes de maintenance derrière elle. Cela permet de compenser la faible production de l’hydraulique qui est à son niveau le plus bas de ces dix dernières années. Les prix Pompt sont retournés à leur plus bas de janvier. Les contrats futurs à un an ont perdu 5% en une semaine, mais les mouvements sur la courbe restent limités, restant aux alentours de 36€/MWh tout le mois dernier.

 

Le gaz :

Les prix Day-ahead du gaz sont remontés alors que la fourniture est sous pression. La connexion est minimale entre le nord et le sud alors que les livraisons de GNL sont basses dans le sud, faisant remonté les prix TRS. Les prix ont atteint 43€/MWh, leur niveau le plus haut depuis décembre 2013. Quatre cargos GNL sont maintenant arrivés dans le sud de la France ce mois-ci, dont un livrant le nord de la France à Montoir. La disponibilité limitée a encouragé de forts retraits dans les réserves de gaz. A seulement 37% de leurs capacités, les réserves sont maintenant 20% plus basses que l’année dernière.

Myriam Amichia

Posté par le mardi, le 31. janvier à 14.11