Les États-Unis dans la transition énergétique | Utilitywise France
Les États-Unis dans la transition énergétique

Les États-Unis dans la transition énergétique

En 2015, La conférence de Paris sur le climat (COP21) a réuni 195 pays qui ont pris des décisions sur les mesures à adopter afin de limiter le réchauffement climatique. Les négociations de cette conférence ont donné lieu le 12 décembre 2015, à l’accord de Paris, premier accord universel sur…

En 2015, La conférence de Paris sur le climat (COP21) a réuni 195 pays qui ont pris des décisions sur les mesures à adopter afin de limiter le réchauffement climatique.
Les négociations de cette conférence ont donné lieu le 12 décembre 2015, à l’accord de Paris, premier accord universel sur le climat.

Pour entrer en vigueur, l’accord de Paris devait être ratifié par au moins 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. La ratification de ce traité qui est encore possible jusqu’au 21 avril 2017, à déjà été faite par 175 pays.

Le président américain Donald Trump qui avait manifesté son désir de rompre cet accord, a annulé mardi 28 mars 2017, par décret, une grande partie des réglementations contre le réchauffement climatique mises en place par son prédécesseur Barack Obama. Le chef d’état souhaite favoriser la production des énergies fossiles. En effet, Donald Trump souhaite relancer l’exploitation pétrolière et l’industrie du charbon en levant les restrictions liées aux accords énergétique tels que Le « Clean Power Plan » de Barack Obama.

Quelles pourraient être les conséquences d’une éventuelle rétractation américaine des accords de la conférence des parties (COP) ?

Tout d’abord, les positions fermes du président américain risquent de ralentir la transition énergétique. L’objectif de l’accord de Paris visant à « contenir l’élévation de la température de la planète nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriel », doit compter sur la participation active de tous les pays adhérents pour être atteint. Les Etats Unis étant après la Chine le second plus gros émetteur de gaz à effet de serre au monde, un abandon des mesures visant à limiter ces émissions serait une entrave au processus de transition énergétique.

Ensuite, monsieur Trump souhaite privilégier le charbon aux énergies renouvelables. Aux Etats unis, l’électricité majoritairement produite par les énergies fossiles et notamment le charbon à 38.7%.  Cette décision pourrait affecter l’économie du pays car l’industrie du charbon est beaucoup moins porteuse d’emploi que celle des énergies renouvelables.

A ce jour, les membres de la conférence des parties essaient toujours de convaincre les Etats Unis de rester au sein de la COP. Le président de la multinationale ExxonMobil a déclaré qu’il est important que les Etats Unis restent au sein du clan des pays signataires pour un mouvement global contre le changement climatique. Patricia Espinosa, la responsable Climat de l’ONU a exprimé son désir de collaborer avec Donald Trump.

Lors de la conférence de Marrakech (COP22) qui a eu lieu en novembre 2016, les Etats Unis se sont engagé à réduire leurs émissions de CO2 de 80% d’ici 2050. Quelle va être la politique menée par le gouvernement actuel pour atteindre cet objectif ? Monsieur Trump va-t-il revoir ses positions sur l’énergie ?

Sources :

http://www.datanergy.fr/2016/12/01/donald-trump-impacts-negociations-climatiques/

http://www.lemonde.fr/donald-trump/article/2017/03/28/trump-signe-un-decret-abrogeant-des-mesures-d-obama-sur-le-climat_5102223_4853715.html

Myriam Amichia

Posté par le vendredi, le 31. mars à 13.36