Production industrielle : économie d'énergie grâce aux objets intelligents | Utilitywise France
Production industrielle : économie d’énergie grâce aux objets intelligents

Production industrielle : économie d’énergie grâce aux objets intelligents

Grâce à Internet, les appareils électroniques peuvent communiquer entre eux et avec nous, une idée résumée par les trois lettres IdO (« Internet des Objets »). L’avantage des «objets parlants» est évident. L’homme postmoderne regagne enfin le contrôle d‘une technologie hors contrôle, et donc aussi de son entreprise, grâce à la technologie…

Grâce à Internet, les appareils électroniques peuvent communiquer entre eux et avec nous, une idée résumée par les trois lettres IdO (« Internet des Objets »). L’avantage des «objets parlants» est évident. L’homme postmoderne regagne enfin le contrôle d‘une technologie hors contrôle, et donc aussi de son entreprise, grâce à la technologie intelligente.

Au cours des dernières années, «l’hyper connectivité de l’Internet» a révolutionné l’industrie manufacturière en ce sens que les entrepreneurs cherchent de plus en plus à comprendre et à contrôler leurs processus de fabrication. La conséquence est une augmentation démontrable de la productivité et une réduction des coûts.

Au travers de dispositifs surveillant l’ensemble de la chaine de production, des données peuvent être collectées avec lesquelles les gestionnaires d’entreprise comprennent mieux la performance des processus de production. Par exemple, l’IdO permet non seulement d’identifier les goulets d’étranglement chroniques sur la ligne de production, mais aussi de contrôler plus efficacement les consommations d’énergie et d’eau.

L’IdO est une priorité absolue dans les départements de recherche industrielle, car de nouveaux capteurs numériques permettent aux responsables de production de communiquer avec leurs produits et machines, depuis leurs tablettes et smartphones. Cette technologie des produits et des machines en réseau en est encore à ses balbutiements, mais les gérants d‘usine ont déjà pu réduire leurs dépenses grâce à l’IdO et équipent désormais leurs installations avec des technologies de réseau adaptables pour les besoins à venir.

Capteurs numériques éliminant les coûts d’énergie inutiles

Tout comme, dans un environnement familial, une poêle intelligente permet d’identifier quand un steak est à point, les camions de livraisons peuvent, dans un environnement industriel, être équipés de senseurs permettant d’identifier les problèmes mécaniques avant qu’ils ne causent un arrêt du camion.

En cas de problèmes (patin de frein qui commence à être trop usagé etc), le système en réseau organise automatiquement un rendez-vous avec un atelier sur la route du camion. Au-delà d’éviter les pannes imprévues, la société de livraison économise ainsi sur du temps autrement perdu en réparations, ainsi que les coûts de carburant vers l‘atelier. En outre, le système interactif peut même commander par avance des pièces de rechange requises.

Plus d’autodétermination de la dépense énergétique avec l’IdO

En ce qui concerne la dépense énergétique des entreprises, il est clair que a) les coûts de l’énergie doivent être réduits et que b) les consommateurs finaux dépendent (encore) en très grande partie des prix fixés par les grands groupes électriques.

Ce dernier point ne changera guère d’un jour à l’autre et, par conséquent, les entrepreneurs individuels (tout comme les ménages privés) ont la responsabilité de rendre leur propre utilisation plus écoénergétique. C’est là où l’Internet des Objets aide.

Parmi les fabricants internationaux qui utilisent l‘Internet des Objets, on compte :

  • Harley-Davidson, qui a conçu la « Visual Factory » dans son usine de York en Pennsylvanie. L’efficacité de chaque étape du processus de fabrication est surveillée, ce qui signifie que les temps d’arrêt de production, et donc la consommation d’énergie d’autres machines dans la chaine qui continueraient à fonctionner inutilement, peuvent être considérablement réduits.
  • Cisco a développé, pour une meilleure orchestration de son réseau mondial de production, la «Virtual Manufacturing Execution System Platform» (VMES), qui surveille chaque étape de fabrication en temps réel. Grâce aux analyses de données BigData et à l’IdO, des informations précieuses sont collectées. De cette façon, une grande partie des goulets d’étranglement de l’énergie dans la chaîne d’approvisionnement peut être éliminée et la productivité s’en retrouve augmentée.
  • Siemens, dans son usine d’Amberg en Allemagne, a équipé 75% des machines impliquées dans la chaîne de valeur d’un contrôle direct par ordinateur. Les éléments produits communiquent avec les machines elles-mêmes au moyen d‘un « code électronique ». Encore une fois, le taux d’arrêt des machines est ainsi réduit au minimum, en permettant de limiter les erreurs de production.

Les données permettent de nouveaux modèles commerciaux

Un autre effet révolutionnaire de la diffusion croissante de l’IdO est la transformation radicale des modèles commerciaux traditionnels. La société américaine John Deere, par exemple, a travaillé pendant des décennies en tant que leader mondial de la technologie agricole. En 2012, la société a commencé à travailler avec des systèmes de réseau de données pour fournir aux agriculteurs des informations sur le meilleur moment pour planter, labourer et récolter les céréales. De plus, sur la base de ces données, il est ensuite possible de calculer les routes les plus efficaces et les plus favorables pour les tracteurs dans les champs.

Il s’avère que les données obtenues par des choses intelligentes comme les éléments d’une ligne de production, des camions ou des tracteurs sont une mine d‘or pour atteindre des méthodes de production plus efficaces et moins énergivores.

En conclusion, l’accès à Big Data par l’IdO joue un rôle de plus en plus important dans le processus de production de grandes entreprises internationales. Il ne s’agit pas seulement de sécuriser un avantage concurrentiel temporaire grâce à des processus de production plus rapides, mais surtout d‘utiliser les ressources de manière plus efficace pour réduire les coûts d’énergie. L’IdO peut aider de manière importante en réduisant le gaspillage d’eau, d’électricité, de gaz naturel, de lubrifiants de refroidissement et ainsi de suite grâce à un système de fabrication plus performant.

L’avenir proche montrera que l’IdO est un outil incontournable pour accroître l’efficacité énergétique dans les entreprises.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le lundi, le 10. avril à 14.56