Energies renouvelables : Un défi de taille pour l’économie française | Utilitywise France
Energies renouvelables : Un défi de taille pour l’économie française

Energies renouvelables : Un défi de taille pour l’économie française

Les énergies renouvelables occupent désormais une place de choix dans la production et l’économie française, représentant à la fois opportunités et défis pour les entreprises. Constat énergétique varié Les énergies renouvelables couvraient en fin 2015 environ 14,9 % de la consommation finale brute d’énergie en France. Toutes les filières renouvelables…

Les énergies renouvelables occupent désormais une place de choix dans la production et l’économie française, représentant à la fois opportunités et défis pour les entreprises.

Constat énergétique varié

Les énergies renouvelables couvraient en fin 2015 environ 14,9 % de la consommation finale brute d’énergie en France.

Toutes les filières renouvelables ne sont pas au même stade. Le solaire, aidé par une chute des prix des panneaux photovoltaïques chinois, s’impose. Par contre, l’éolien terrestre, bien qu’ayant connu en 2016 une hausse de 45% d’installations par rapport à l’année précédente (102 parcs installés avec 686 turbines), est en retard sur les prévisions. Malgré l’introduction il y a quelques mois de l’autorisation environnementale unique, de nombreux projets éoliens se retrouvent encore bloqués par des associations de voisinage. Le parc éolien en mer (proches des côtes bretonnes et de Vendée) peine encore plus à s’imposer, les premiers projets ne devant pas être raccordés au réseau avant 2018 au plus tôt.

La part des renouvelables est aujourd’hui plus faible que prévue afin de pouvoir atteindre les objectifs fixés à 23% en 2020 et 32% en 2030. Cependant, ce secteur a été en progression régulière depuis une dizaine d’années, et la France dispose d’atouts industriels et géographiques incontestables pour que continuent de se développer des filières conséquentes d’énergies renouvelables à l’avenir.

 

Les entreprises françaises s’adaptent

Ce changement d’approvisionnement énergétique bénéficie bien sur directement les entreprises investies dans la production d’énergies renouvelables.

Dans son scénario de l’impact de la loi de transition énergétique, le Ministère de l’Energie, de l’Environnement et de la Mer prévoit par exemple une création de 30 000 emplois à court terme dans le secteur des énergies renouvelables.

De grands groupes énergétiques français misent fortement sur les renouvelables et développent des innovations techniques, comme les panneaux solaires flottants (pour installation sur les lacs de barrage, par exemple) ou les éoliennes surtoilées (pour fonctionnement même en cas de vent faible). D’autres grands groupes acquièrent le savoir-faire d’entreprises spécialisées dans le secteur éolien ou solaire.

L’investissement dans le renouvelable s’étend aussi aux entreprises hors du secteur énergétique :  un groupe représentant 39 des plus grands groupes français s’est engagé depuis un an déjà à 45 Mds€ d’investissements industriels et de R&D dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et autres technologies bas carbone.

 

S’approvisionner en énergie verte

Pour les entreprises souhaitant s’approvisionner en énergie renouvelable, plusieurs fournisseurs proposent des contrats adaptés, promettant par exemple que pour chaque MWh d’électricité consommé, une quantité d’électricité d’origine renouvelable équivalente est injectée sur le réseau électrique.

Tous ces fournisseurs garantissent une énergie 100% verte, mais ils se différentient entre eux selon les services offerts aux clients. Certains mettent en avant un approvisionnement direct auprès des producteurs, d’autres leur engagement à maintenir des tarifs inférieurs ou égaux aux tarifs réglementés et d’autres encore offrent un système de certification permettant de mettre en avant l’engagement éco de l’entreprise auprès des clients.

Une entreprise intéressée dans un fournisseur en énergie verte a donc tout intérêt à comparer l’ensemble de ces facteurs avant de se décider vers un approvisionnement renouvelable.

 

L’incertitude politique

Les entreprises investies dans l’énergie verte savent que le développement industriel des renouvelables de ces dernières années est un résultat direct de la volonté politique de s’éloigner des énergies fossiles.

Avec l’approche du deuxième tour des présidentielles, l’industrie française des énergies vertes sait déjà que le gaz de schiste (qui pourrait faire une grande concurrence aux renouvelables sur les prix) ne sera pas prioritisé, car c’est un choix énergétique écarté par Macron et Le Pen. L’attitude des deux candidats envers la part du nucléaire dans le mix énergétique, et le futur de la loi de transition énergétique votée en 2015, varie par contre grandement.

L’industrie des renouvelables attend donc le résultat des élections présidentielle et législative avec grand intérêt.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le mardi, le 2. mai à 10.10