Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 05/06/2017 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 05/06/2017

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 05/06/2017

Les contrats d’électricité à court terme ont évolué la semaine dernière. Un arrêt non planifié du réacteur nucléaire Cattenom 3 a resserré l’approvisionnement. Les températures en France ont dépassé les 23 degrés Celsius la semaine dernière et devraient encore augmenter d’ici la fin de la semaine. De ce fait, la…

Les contrats d’électricité à court terme ont évolué la semaine dernière. Un arrêt non planifié du réacteur nucléaire Cattenom 3 a resserré l’approvisionnement. Les températures en France ont dépassé les 23 degrés Celsius la semaine dernière et devraient encore augmenter d’ici la fin de la semaine. De ce fait, la demande de climatisation devrait jouer un rôle accru dans le système électrique au cours des prochains mois. L’attente d’une demande plus élevée a soutenu une hausse de 1% des prix de l’électricité de juillet

Une panne d’électricité imprévue a impacté sur le niveau de disponibilité nucléaire. Les réserves d’hydrocarbures peu nombreuses sont restreintes en raison d’un l’hiver sec.

Les prix du gaz sont restés inchangés. Suite à un différend diplomatique au Qatar, les attentes des livraisons de GNL sont plus faibles. Les injections de stockage continuent, augmentant les réserves de gaz d’environ 3%. L’augmentation de la demande est compensée par une baisse de la consommation des ménages.

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) retarde la décision de sécurité nucléaire de Flamanville

L’ASN, l’organisme de réglementation nucléaire français, a reporté sa décision concernant la sécurité du nouveau réacteur nucléaire de Flamanville jusqu’à l’automne prochain.

En 2015, l’ASN a annoncé qu’elle avait découvert des concentrations excessives de carbone dans la couverture et le fond du vaisseau du réacteur de Flamanville. Le régulateur a soulevé des inquiétudes quant à l’affaiblissement de la résilience mécanique de l’acier et sa capacité à résister aux fissures.

Suite à l’avertissement de l’ASN, EDF et le concepteur du réacteur, Areva, ont commencé à tester la présence de points faibles susceptibles de diminuer la sécurité du projet. Cependant, l’ASN a retardé la décision de sécurité de Flamanville depuis octobre 2015. Une décision provisoire sur la sécurité du réacteur est encore attendue au milieu du mois prochain. EDF a fait part à plusieurs reprises de son optimisme quant à la décision de l’ASN. Le réacteur de Flamanville a des années de retard et des milliards d’euros de plus par rapport au budget, mais le PDG d’EDF, Jean-Bernard Levy, a déclaré ce mois-ci que le géant prévoit de charger du carburant dans le réacteur avant la fin de 2018. La construction de l’usine a débuté en 2007 avec un budget initial de 3 milliards d’euros. Le réacteur nucléaire avait prévu d’être mis en ligne en 2012 et, en 2015, EDF a annoncé qu’il en coûterait désormais 10,5 milliards d’euros.

Myriam Amichia

Posté par le mardi, le 6. juin à 16.50