Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 24/07/2017 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 24/07/2017

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 24/07/2017

Les contrats d’énergie français ont connu un mouvement significatif la semaine dernière. Le contrat d’électricité a progressé depuis mars, soutenu par des augmentations du prix du charbon. Le contrat de charbon de 2018 a atteint de nouveaux sommets pluriannuels, après avoir doublé de valeur depuis le début de l’année 2016.…

Les contrats d’énergie français ont connu un mouvement significatif la semaine dernière. Le contrat d’électricité a progressé depuis mars, soutenu par des augmentations du prix du charbon. Le contrat de charbon de 2018 a atteint de nouveaux sommets pluriannuels, après avoir doublé de valeur depuis le début de l’année 2016. Ces mouvements ont soutenu les contrats d’électricité en Europe. La disponibilité nucléaire en France est en hausse de 14% par rapport à l’année précédente, et les réserves d’hydrocarbures ont augmenté atteignant presque les mêmes niveaux qu’à cette période en 2016.

Le redémarrage du réacteur nucléaire Gravelines 3 a été retardé d’une semaine jusqu’au 1er août et les prévisions indiquent une production éolienne plus basse. La demande d’électricité a chuté de 1,8 GW le lundi dernier en raison de la fermeture des écoles et de la baisse d’activité des entreprises et des industries pour les vacances d’été. Les préoccupations concernant les futures livraisons de GNL ont entraîné une divergence claire entre les centres de tarification. Les injections de stockage de gaz ont augmenté les stocks de 3%, mais les stocks sont encore en baisse de 14% par rapport à cette période l’année dernière.

Le Conseil d’État abroge la loi sur les tarifs de gaz réglementés

Une loi sur les tarifs de gaz réglementés, qui couvre environ la moitié des clients de détail en France et 11% des utilisateurs professionnels, a été abrogée par un tribunal français la semaine dernière. « Le Conseil d’Etat … abroge le décret du 16 mai 2013 sur les tarifs réglementés pour la vente de gaz naturel au motif que le maintien de ces tarifs est contraire aux lois de l’Union européenne », a déclaré le tribunal dans un communiqué. Cependant, certaines des règles étaient déjà incluses dans la facture énergétique française de 2015 et ne peuvent être abrogées que par un décret gouvernemental. Les tarifs réglementés de gaz pour environ 5,4 millions de clients résidentiels sont fixés chaque mois par le gouvernement français après consultation de la Comission de Régulation de l’Énergie (CRE). ANODE, un lobby pour les fournisseurs alternatifs d’énergie de détail, a soulevé la question devant le tribunal, arguant que le régime de gaz réglementé offrait un avantage injuste au groupe énergétique Engie. Engie continue de détenir une part de marché de détail de 86%, plus grande que la part d’EDF de 77%, près d’une décennie après l’ouverture du marché français à la concurrence. « Il incombe au gouvernement de traiter le plus rapidement possible avec les conséquences de cette décision par la voie législative », a déclaré Engie, ajoutant que les clients auraient besoin d’une longue période de transition.

Aprés avoir déclaré que ce mécanisme protégeait le pouvoir d’achat à long terme des consommateurs, il appartient maintenant au gouvernement français de décider d’annuler la loi sur les tarifs réglementés.

La vague de chaleur oblige EDF à réduire la production nucléaire

L’utilitaire français EDF a annoncé la semaine dernière qu’il avait réduit sa production dans deux réacteurs de sa centrale nucléaire de Tricastin dans le sud de la France. EDF a déclaré que la mesure était nécessaire pour réduire la quantité d’eau chauffée du système de refroidissement des réacteurs qui s’écoule dans le Rhône. Les températures ont atteint jusqu’à 38ºC dans certaines parties du pays. L’usine de Tricastin dispose de quatre réacteurs à eau sous pression d’une capacité installée de 915 MW chacun. En raison de la mesure de sécurité, la production des réacteurs 1 et 3 a été réduite respectivement de 735 MW et de 651 MW.

« Cela a été fait pour ne pas augmenter la température de l’eau déjà chauffée et ainsi préserver la vie végétale et animale », a déclaré un porte-parole de l’entreprise. Les réacteurs sont revenus à la normale le lendemain, mercredi 19 juillet. L’énergie nucléaire disponible, qui fournit plus de 75% des besoins en électricité de la France, a dépassé 70% de la capacité mardi après-midi, contre 68% auparavant, alors que le redémarrage du réacteur de St Alban 1 d’EDF a été accéléré.

 

 

 

Protégez vous des évolutions du marché avec les offres gaz et électricité pro d’Utilitywise France, courtier en énergie pour les professionnels.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le mardi, le 25. juillet à 14.06