Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 16/10/2017 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 16/10/2017

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 16/10/2017

Les prix de l’électricité de novembre ont atteint des sommets de plus de 70 £ / MWh sur 10 mois, en raison des inquiétudes persistantes concernant la disponibilité des centrales nucléaires. La centrale nucléaire du Tricastin a été fermée au début du mois pour des travaux de maintenance. Trois des…

Les prix de l’électricité de novembre ont atteint des sommets de plus de 70 £ / MWh sur 10 mois, en raison des inquiétudes persistantes concernant la disponibilité des centrales nucléaires. La centrale nucléaire du Tricastin a été fermée au début du mois pour des travaux de maintenance. Trois des quatre réacteurs seront réactivés le 2 novembre et l’unité finale le 13 novembre. Début décembre, la capacité nucléaire française devrait augmenter de 40GW à 60GW. Cependant, les inquiétudes liées au retard de l’installation ou à la fermeture d’un plus grand nombre d’unités pendant l’enquête de sécurité de l’ASN ont soutenu les prix. La demande de puissance devrait augmenter durant l’hiver, mais la croissance est ralentie par une série de températures exceptionnellement douces qui devraient se poursuivre pour le reste du mois d’octobre. Sur le marché du gaz, les prix TRS Day-ahead ont porté leur prime sur le hub Peg Nord à 1,30 € / MWh. La région du nord est restée bien approvisionnée malgré l’entretien norvégien la semaine dernière. Les températures plus douces maintiennent la demande à un faible niveau et les perspectives d’approvisionnement pour le début de l’hiver demeurent saines. Les livraisons de Gaz Naturel Liquéfié augmentent.  11 pétroliers sont attendus ce mois-ci, dépassant déjà le total de septembre. Cela contribue à compenser les réserves de stockage de gaz.

EDF met en garde l’ASN des risques d’inondation de 20 réacteurs nucléaires

EDF a annoncé réparer les conduites des stations de pompage de 20 réacteurs nucléaires après avoir découvert qu’elles ne seraient peut-être pas assez résistantes face aux tremblements de terre. Le géant de l’énergie a classé le problème au niveau 2 sur 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques dans une note adressée au régulateur français de sûreté nucléaire ASN. En outre, EDF a déclaré que les défauts n’avaient aucun impact sur l’environnement.

« Des investigations approfondies ont révélé l’amincissement du métal dans certaines sections de la tuyauterie, ce qui rend impossible de garantir leur résistance sismique en cas de séisme de conception », a déclaré EDF dans sa note. Le producteur d’électricité a déclaré que les tubes de neuf réacteurs avaient été renforcés, notamment Belleville 1-2, Cattenom 3-4, Dampierre 1- 2, Golfech 1-2 et Saint-Laurent-des-Eaux B1. Cependant, des travaux sont toujours en cours sur cinq réacteurs actuellement hors ligne: Chinon B3, Cruas 1, Dampierre 3, Nogent 1, Saint-Laurent-des-Eaux B2. EDF a cependant confirmé que le renforcement des conduites défectueuses sera achevé avant leur redémarrage. Le géant de l’énergie déclare encore que pour six autres réacteurs en ligne – Cattenom 1-2, Chinon B4, Cruas 4, Dampierre 4, Nogent 2 – des travaux ont été réalisés sur l’un des deux systèmes d’eau de refroidissement de chaque réacteur, ce qui permet aux usines de fonctionner en toute sécurité même en cas de séisme.

 

 

Protégez vous des évolutions du marché avec les offres gaz et électricité pro d’Utilitywise France, courtier en énergie pour les professionnels.

Myriam Amichia

Posté par le mercredi, le 18. octobre à 8.50