Le charbon au cœur de la lutte contre le changement climatique | Utilitywise France
Le charbon au cœur de la lutte contre le changement climatique

Le charbon au cœur de la lutte contre le changement climatique

Lors d’un discours lors du sommet de Bonn sur le climat la semaine dernière, le président français Emmanuel Macron a appelé à une plus grande ambition pour lutter contre le changement climatique et a promis de prendre le relais des Etats-Unis en tant que leader climatique. Le président américain Donald…

Lors d’un discours lors du sommet de Bonn sur le climat la semaine dernière, le président français Emmanuel Macron a appelé à une plus grande ambition pour lutter contre le changement climatique et a promis de prendre le relais des Etats-Unis en tant que leader climatique. Le président américain Donald Trump, qui doute que le changement climatique soit principalement causé par les activités humaines, a déclaré en juin qu’il se retirerait de l’Accord de Paris et qu’il préférait promouvoir les industries du charbon et des combustibles fossiles.

Dans une allocution à la Conférence des Parties, chargée de rédiger les règles de l’Accord de Paris sur le climat, Emmanuel Macron a promis de remplacer le don annuel de 2 millions de dollars retiré par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). « Nous avons besoin d’une information scientifique constamment nourrie pour garantir une prise de décision claire. Le GIEC est l’un des principaux éléments de ce travail. Cependant, il est menacé aujourd’hui par la décision des États-Unis de ne pas en garantir le financement. Par conséquent, je propose que l’Union Européenne remplace les États-Unis, et la France va relever ce défi « , avait-il déclaré.

Emmanuel Macron a appelé à l’introduction d’une taxe sur le carbone à la frontière et a promis des efforts pour porter les prix du carbone de l’Union Européenne à 30 euros par tonne. « En particulier, nous avons besoin d’une taxe à la frontière pour permettre de protéger les secteurs industriels, car il y a des importations en provenance de pays qui ne respectent pas ces objectifs », a-t-il affirmé. Le chef de l’État a également déclaré que la France avait l’intention de fermer toutes les centrales électriques au charbon d’ici 2021 dans le cadre de l’action visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre.

 

Zoom sur les centrales à charbon françaises

 

 

Actuellement, le pays dispose encore de cinq centrales à charbon. Les centrales de Provence et Emile-Huchet  sont détenues par l’Allemand Uniper (anciennement EON) tandis que celles de Cordemais (deux centrales) et du Havre appartiennent à EDF.

Cordemais : La centrale thermique de Cordemais a été construite en 1970. Elle s’étend sur environ 150 hectares et dispose de deux unités de production au charbon.

Le Havre : Inaugurée en 1968, la centrale thermique du Havre s’étend sur 33 hectares. Comptant à l’origine quatre unités de production au charbon, elle ne dispose actuellement que d’une seule unité de 600 MW.

Emile Huchet : Située sur les communes de Saint-Avold et Carlin, la centrale thermique Émile Huchet a été inaugurée en 1948. Elle dispose actuellement d’une seule unité de production au charbon de 600MW, les autres ayant fermé progressivement en 2015.

Provence (Gardanne) : Située à Meyreuil dans les Bouches-du-Rhône, la centrale thermique de Provence dispose actuellement d’une unité de production au charbon.  La centrale couvre près de 30% des besoins électriques de la région.

Dans le climat actuel de transition énergétique et écologique, certaines centrales à charbon  tentent d’échapper à leur  destin en se lançant dans le « charbon propre » ou « charbon vert ». C’est le cas de la Centrale de Cordemais qui a souhaité remplacer une partie des combustibles qu’elle utilise par des déchets verts. Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot,  s’était montré défavorable à ce type de projet. En effet, pour le site de la centrale de Cordemais,  il avait déclaré que le rendement énergétique était faible et posait un problème d’utilisation massive du bois.

Bien que la fermeture des centrales à charbon françaises soit inscrite dans le programme actuel du gouvernement, des divergences demeurent quant à la date de mise en application de ce projet. En effet, le président de la république souhaite que la fermeture des centrales à charbon soit effective dès 2021 tandis que le premier ministre Édouard Philippe souhaite que la centrale du Havre soit maintenue au moins jusqu’en 2035.

 

 

Vous souhaitez faire un geste en faveur du climat ? Demandez dès aujoud’hui un contrat d’énergie 100% verte issue des sources renouvelables.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le mardi, le 21. novembre à 16.53