Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 04/12/2017 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 04/12/2017

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 04/12/2017

Les prix journaliers de l’électricité ont fortement augmenté au cours de la dernière semaine, la France continuant de connaître une période prolongée de températures inférieures à la normale saisonnière. Le temps froid a augmenté la demande de chauffage domestique, qui est essentiellement électrique en France. Les prix de l’électricité pour…

Les prix journaliers de l’électricité ont fortement augmenté au cours de la dernière semaine, la France continuant de connaître une période prolongée de températures inférieures à la normale saisonnière. Le temps froid a augmenté la demande de chauffage domestique, qui est essentiellement électrique en France. Les prix de l’électricité pour janvier ont également augmenté en raison de la disponibilité nucléaire qui n’a pas encore atteint les niveaux prévus. La capacité nucléaire est passée à 48GW mais devait initialement atteindre 60GW début décembre. Cela a été retardé jusqu’à la mi-décembre, avec la possibilité de retards supplémentaires, car environ 12 GW de capacité doivent encore être remis en ligne. Les prix de l’essence à la journée pour Peg Nord et TRS ont augmenté à mesure que les températures plus froides ont augmenté la demande. La concurrence pour l’approvisionnement en gaz disponible a entraîné une hausse rapide des prix dans toute l’Europe, les pays étant en concurrence pour les importations de gazoducs et de GNL. Les prix de janvier Peg Nord sont en hausse de 7% mais les gains sur le hub de TRS ont été plafonnés par de fortes livraisons de GNL, qui accostent principalement dans le sud de la France. Les tarifs TRS de janvier sont en baisse de 8% sur un an alors que le contrat Peg Nord est en hausse de 18% sur la même période.

Les entreprises d’électricité indépendantes exigent la fin des tarifs réglementés

Anode, le lobby français des producteurs indépendants, a fait valoir que les consommateurs dans le pays pourraient économiser jusqu’à 2,5 milliards d’euros par an si le gouvernement cessait de fixer les prix de l’électricité. Fabien Chone, président d’Anode et directeur général délégué de Direct Energie, a appelé le gouvernement français à supprimer progressivement les tarifs réglementés de l’électricité et du gaz sur une période de quatre ans. « Il est dans l’intérêt des consommateurs français de mettre fin aux tarifs régulés de l’électricité », a-t-il déclaré. M. Chone a proposé de supprimer ces tarifs réglementés pour les nouveaux contrats à compter de juillet de l’année prochaine et de les supprimer complètement d’ici la mi-2022.

Le fournisseur public d’énergie EDF conserve une part de marché de 84% sur le marché de l’énergie au détail, la grande majorité de ses clients bénéficiant de tarifs réglementés. Depuis 2014, ses tarifs sont déterminés à l’aide d’une formule qui comprend le coût des réseaux, l’énergie nucléaire, les achats sur le marché de gros et la vente au détail.

« A l’heure où un certain nombre de tabous ont explosé sous un nouveau président, il est peut-être temps de faire sauter les tarifs réglementés », a déclaré Philippe de Ladoucette, ancien responsable de la CRE. Il a ajouté que les tarifs réglementés maintiennent les prix de l’électricité à un niveau élevé et font obstacle à l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché, ce qui ralentit l’innovation sur les marchés de l’électricité.

Suite à une plainte déposée par Anode en juillet dernier, le Conseil d’Etat français, la plus haute juridiction administrative du pays, a jugé que les tarifs réglementés étaient incompatibles avec la législation de l’Union Européenne. Cependant, le gouvernement n’a pas encore indiqué quand il compte donner suite à la décision du Conseil.

 

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le mercredi, le 6. décembre à 9.57