Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 01/01/2018 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 01/01/2018

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 01/01/2018

Les prix annuels de l’électricité ont chuté de 5% au début de 2018, la France commençant la nouvelle année avec une vague de chaleur qui a fait grimper les températures jusqu’à huit degrés au-dessus des normales saisonnières. Les températures douces ont réduit la demande de chauffage de manière significative. Les…

Les prix annuels de l’électricité ont chuté de 5% au début de 2018, la France commençant la nouvelle année avec une vague de chaleur qui a fait grimper les températures jusqu’à huit degrés au-dessus des normales saisonnières. Les températures douces ont réduit la demande de chauffage de manière significative. Les prix moyens journaliers de l’électricité ont baissé de 25%, atteignant jusqu’à 21 € / MWh, le niveau le plus bas depuis la mi-août 2017. La disponibilité nucléaire a augmenté à près de 60GW, soit plus de 90% de la capacité totale. L’énergie nucléaire fournit plus de 75% de l’électricité française et la baisse de la disponibilité nucléaire courant décembre a accru la demande de gaz et de charbon, dont le coût a augmenté régulièrement tout au long de l’année. Les unités avaient été lentes à redémarrer le mois dernier mais la disponibilité a fortement augmenté depuis le début de cette année. Le marché français du gaz a connu très peu de mouvements de prix la semaine dernière, avec des contrats pratiquement inchangés en 2018. Les températures plus douces ont réduit la demande. Douze navires-citernes de GNL sont arrivés en décembre et trois sont déjà réservés pour la première semaine de janvier, ce qui ajoute une nouvelle poussée d’approvisionnement.

La France adopte une loi interdisant l’extraction de pétrole et de gaz d’ici 2040

Le Parlement français a adopté une nouvelle législation qui interdira toute extraction pétrolière et gazière dans ses territoires d’ici à 2040. Alors que cette initiative est soutenue par des militants écologistes et annoncée comme un pas vers une économie sobre en carbone, l’interdiction est largement dénuée de sens pour le système d’approvisionnement français. La France importe déjà presque tout son pétrole et son gaz.

La loi a été adoptée, malgré l’opposition des représentants républicains, ce qui signifie qu’aucune nouvelle licence ne sera délivrée pour l’extraction de pétrole ou de gaz au-delà de 2040. Cependant, le pays ne produit qu’un peu plus de 800 000 tonnes de pétrole par an. En comparaison, l’Arabie Saoudite produit près de 10 millions de barils par jour. En moyenne, les champs pétrolifères britanniques produisent près de 1 million de barils par jour. L’interdiction est considérée comme un symbole des objectifs environnementaux du gouvernement et fait partie de ses objectifs généraux pour passer à une économie sobre en carbone. Emmanuel Macron, avait récemment annoncé son intention d’éliminer progressivement la vente de voitures diesel et essence d’ici 2040.

Myriam Amichia

Posté par le mercredi, le 3. janvier à 11.45