Bilan écologique des Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 | Utilitywise France
Bilan écologique des Jeux Olympiques de PyeongChang 2018

Bilan écologique des Jeux Olympiques de PyeongChang 2018

On se rappelle tous des dizaines de scandales environnementaux résultants des Jeux de Sotchi en 2014, des retards de construction qui ont fait paniquer toute la fédération olympique, et des 50 Milliards de Dollars dépensés pour construire des bâtiments, qui, aujourd’hui ont endetté toute la Russie, n’ont plus d’utilité et…

On se rappelle tous des dizaines de scandales environnementaux résultants des Jeux de Sotchi en 2014, des retards de construction qui ont fait paniquer toute la fédération olympique, et des 50 Milliards de Dollars dépensés pour construire des bâtiments, qui, aujourd’hui ont endetté toute la Russie, n’ont plus d’utilité et sont trop chers pour l’entretien.

Les Jeux Olympiques d’Hiver de PyeongChang, qui commencent dans quelques jours veulent se distinguer de cette optique qu’avait suivi la Russie. Cette année le budget a été divisé par cinq car seulement six nouveaux bâtiments ont été ajouté (et ont tous été terminé six mois à l’avance).

Les organisateurs ont voulu suivre un objectif zéro émission et plusieurs infrastructures et stratégies ont été mise en place pour atteindre ce but.

1. Transports

Les Jeux Olympiques accueillent des milliers de spectateurs. Pour réduire les émissions de carbone que ceux-ci produisent à travers les transports, les JO de PyeongChang ont misé sur les transports publics. Ils ont construit une ligne de trains à haute vitesse entre l’Aéroport International de Incheon à PyeongChang et Gangneung (où quelques compétitions se dérouleront) via Seoul, la capitale de la Corée du Sud.

Cette ligne pourra transporter jusqu’à 20 000 passagers par jour. Les organisateurs ont annoncé que si 420 000 spectateurs prennent les trains spécialement construits, alors 6 654 Tonnes d’émissions de gaz à effets de serre pourront être économisés.

Les employés et volontaires des Jeux Olympiques de PyeongChang pourront également utiliser les 150 voitures électriques ainsi que 15 voitures à hydrogène mises à disposition spécialement pour l’évènement.

2. Panneaux Solaires, Géothermie et Eoliennes

PyeongChang et la région de Gangwon qui accueille les JO ont construit des champs d’éoliennes pour fournir de l’énergie verte aux bâtiments olympiques. Les organisateurs avaient comme objectifs d’approvisionner 190 mW d’électricité mais d’après les dernières études, 203 mW sont couramment produits.

Les bâtiments olympiques garantiront également un approvisionnement en énergie à travers de la géothermie et des panneaux solaires. Ainsi ce seront presque 12% de l’énergie totale consommée qui proviendront d’énergies renouvelables.

3. Environnement

Les pistes de ski pour les compétitions de ski alpin ont des règles spécifiques à respecter par la ville accueillant des Jeux Olympiques. Parmi celles-ci, il y a le fait que la piste doit se situer 800 mètres au-dessus de la mer.

Cette restriction a malheureusement poussé les organisateurs de PyeongChang à construire une piste de ski sur le Mt. Gariwang, une des seules forêts au monde à abriter des arbres « Wangsasre ». Cette forêt était donc un site protégé par le Service de Protection des Forêts de Corée, mais obligé de suivre les règles olympiques, le site avait été retiré des sites protégés afin de permettre la construction de la piste. C’est donc un désastre environnemental pour cette population d’arbres qui ne trouve refuge nulle part ailleurs dans le monde.

Les organisateurs de PyeongChang ont établi un plan de sauvetage qui commencera dès la fin des jeux olympiques pour compenser les pertes des centaines d’arbres retirés du Mt. Gariwang. Celui-ci consistera à replanter 174 ha de forêt, donc 45 ont été déjà planté en 2016, et 62 ha en 2017 et 2018.

Ce désastre environnemental a des conséquences inquantifiables sur la faune et la flore abritée dans cette forêt.

Un bilan plutôt mitigé donc pour ces jeux olympiques. Il y a certes un gros effort mis en place pour compenser les émissions de gaz à effets de serre ainsi que de fournir des énergies renouvelables pour les bâtiments olympiques mais tous ces efforts servent-ils à quelque chose si les conséquences sont mauvaises pour la faune et la flore environnante ?

 

 

 

 

Sources

https://www.pyeongchang2018.com/sustainability/reports/PyeongChang_2018_Sustainability_Pre_Games_Report.pdf

https://greensportsblog.com/2017/05/23/pyeongchang-2018-how-green-will-the-winter-olympics-be-a-conversation-with-sustainability-manager-hyeona-kim/

https://www.pyeongchang2018.com/en/sustainability/news/PyeongChang-2018-publishes-the-Green-House-Gases-Inventory-Report-blueprint-for-staging-a-Carbon-Responsible-Winter-Olympic-Games

https://pc2018.com/environmentalists-oppose-new-ski-slope-plan/

https://www.pyeongchang2018.com/en/sustainability/story/outcome

Myriam Amichia

Posté par le mardi, le 6. février à 11.56