Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 19/02/2018 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 19/02/2018

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 19/02/2018

Les prévisions d’une forte vague de froid à la fin du mois de février ont remonter les contrats d’électricité à court terme. Les prix journaliers de l’électricité ont grimpé à 49 € / MWh hier en prévision des températures fraiches en augmentant la demande de chauffage. Les prix de l’électricité…

Les prévisions d’une forte vague de froid à la fin du mois de février ont remonter les contrats d’électricité à court terme. Les prix journaliers de l’électricité ont grimpé à 49 € / MWh hier en prévision des températures fraiches en augmentant la demande de chauffage. Les prix de l’électricité pour mars sont également en hausse de 5%, car les températures saisonnières inférieures à la normale sont attendues pour au moins les deux prochaines semaines. Le chauffage domestique en France étant principalement électrique, la demande d’énergie augmentera donc plus fortement en raison des températures de gel. La capacité nucléaire en France reste élevée, en hausse de 4% sur un an avec plus de 80% d’unités en ligne. Les prix de l’électricité de l’année civile ont également progressé, revenant au-dessus de 40 € / MWh suite à une baisse régulière depuis le début de l’année. Les prix du gaz à court terme ont également grimpé en prévision de la hausse de la demande la semaine prochaine. La demande de gaz de Peg Nord est restée inchangée au cours de la semaine, mais le contrat de gaz pour mars a bondi au-dessus de 19 € / MWh, en hausse de 5% par rapport à la semaine dernière. Le contrat d’été de Peg Nord est supérieur à 17 € / MWh mais reste à un prix inférieur de 4 € à celui de la saison TRS. Une demande plus élevée entraînera une augmentation des retraits de stockage pour le reste de février. Alors que la situation globale du stockage européen est relativement saine, les stocks de gaz français sont déjà inférieurs de 20% à cette période l’an dernier. Dix livraisons de GNL sont attendues pour février.

EDF voit le déclin de la production nucléaire en 2017

EDF a annoncé une baisse de la production d’électricité nucléaire en France en 2017. Le géant de l’électricité a déclaré que ses unités nucléaires ont produit 379,1 TWh l’an dernier, soit une baisse de 3,1% par rapport à 2016. La société attribue cette baisse aux «indisponibilités techniques » (notamment les arrêts non planifiés prolongés à Flamanville 1 et Cattenom 1) et à l’extension des arrêts pour effectuer des travaux de maintenance sur plusieurs réacteurs.

EDF a cependant décrit sa performance de 2017 comme conforme aux attentes malgré la baisse de la production nucléaire et hydroélectrique en France. Pour 2018, la société prévoit un rebond à 395 TWh après que la production de l’année dernière soit tombée à son plus bas niveau depuis 1992. Pour 2019, l’opérateur a mis en garde contre une baisse de la production nucléaire principalement due à la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim d’ici la fin de 2018, avant la montée en puissance de son nouveau réacteur Flamanville-3 qui n’atteindra sa pleine production qu’à la fin de 2019. De plus, les révisions planifiées des réacteurs étendus en 2019 viendront s’ajouter à  «l’hypothèse de baisse de production» non spécifiée avec sept inspections. 7GW de capacité seront impactés par ceci en 2019 contre seulement 5GW en 2017 et 2018.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le mardi, le 20. février à 14.11