Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 23/04/2018 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 23/04/2018

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 23/04/2018

Les fondamentaux immédiats de l’offre et de la demande ont été sains, les températures ayant fortement augmenté avec le début de la saison estivale.

Les contrats à terme sur le gaz et l’électricité ont progressé au cours de la dernière semaine, reflétant les gains observés dans l’ensemble des produits.

Électricité

Les fondamentaux immédiats de l’offre et de la demande ont été sains, les températures ayant fortement augmenté avec le début de la saison estivale. Les températures devraient être supérieures de plus de cinq degrés à la normale saisonnière cette semaine, avec des conditions douces prévues pour le reste d’avril.

Cela réduira la demande d’énergie, en particulier l’électricité qui est le combustible prédominant pour le chauffage domestique en France. Les prix de l’électricité journaliers sont toutefois encore supérieurs de 18% d’une année sur l’autre.

Les prix de l’électricité pour les mois et les années civiles ont augmenté la semaine dernière, soutenus par le coût plus élevé de la production, lié aux gains sur les marchés du charbon et du carbone. Les coûts du carbone ont atteint leur plus haut niveau en six ans à 14 € / tCO2e, tandis que le marché du charbon s’est redressé en avril, en hausse de 5% la semaine dernière. En conséquence, les prix annuels de l’électricité ont augmenté à 43 € / MWh, à peine 1 € de moins que les sommets de 2018 enregistrés en janvier.

Gaz

Sur le marché du gaz, les prix d’été de Peg Nord ont bondi de près de 20% depuis le début du mois de mars. Les gains importants sont liés à la nécessité d’injections importantes avant l’hiver 2018-2019. Les réserves de stockage de gaz ont chuté à seulement 4 TWh après la vague de froid en mars qui a nécessité de forts retraits.

Il y avait plus de 30 TWh de gaz en stock à cette période l’année dernière.. Les importations de GNL fournissent une grande partie de l’approvisionnement en gaz TRS et la chute des prix asiatiques a rendu l’Europe plus attrayante pour les livraisons en début d’été.

Un projet de gazoduc France-Espagne fait débat

La Commission européenne a publié un rapport sur un projet de gazoduc entre l’Espagne et la France, destiné à améliorer l’interconnectivité européenne et à réduire la dépendance vis-à-vis des importations russes. L’oléoduc Midi-Catalonia de 3 milliards d’euros ferait plus que doubler le volume de gaz actuellement acheminé entre les deux pays. L’opérateur français de pipelines Terega, appartenant à l’italien Snam, et l’espagnol Enagas sont impatients d’investir dans le projet, estimant qu’il améliorerait l’accès de l’Europe aux terminaux GNL espagnols.

Cependant, la Commission de Régulation de l’Énergie soutient que Midcat augmenterait les prix à la consommation sans renforcer la sécurité d’approvisionnement. GRTgaz  a également mis en doute la nécessité d’un pipeline. Une étude financée par l’UE sur la première phase du pipeline a révélé que le projet aurait du mal à être économiquement viable, ou seulement sur un marché du GNL serré.

Un marché du GNL serré conduirait à une forte baisse des approvisionnements gaziers algériens, un scénario jugé improbable. Les critiques soutiennent également que l’infrastructure transfrontalière actuelle est sous-utilisée.

Le projet a attiré les critiques des politiciens et des activistes environnementaux. En effet, Antoine Simon, de Friends of the Earth Europe à déclaré :  « En versant des milliards de fonds publics dans de nouvelles infrastructures de gaz fossiles, l’Europe ferait ses adieux à l’accord de Paris ».

Myriam Amichia

Posté par le mercredi, le 25. avril à 9.59