Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 04/06/2018 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 04/06/2018

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 04/06/2018

Les contrats à terme sur le gaz et l’électricité ont peu fluctué l la semaine dernière se stabilisant après avoir atteint des sommets pluriannuels à la fin du mois de mai. Électricité Les prix annuels de l’électricité avaient atteint de nouveaux sommets pluriannuels de 48 € / MWh avant de…

Les contrats à terme sur le gaz et l’électricité ont peu fluctué l la semaine dernière se stabilisant après avoir atteint des sommets pluriannuels à la fin du mois de mai.

Électricité

Les prix annuels de l’électricité avaient atteint de nouveaux sommets pluriannuels de 48 € / MWh avant de subir une baisse. Le contrat de l’année civile s’est stabilisé entre 46 et 47 euros / MWh. Malgré la baisse récente, les contrats restent en hausse d’année en année avec le marché de l’électricité 29% plus élevé que cette période l’an dernier.
Les prix à court terme de l’électricité ont fortement augmenté au cours de la semaine dernière, en raison d’une demande plus élevée d’électricité et d’une disponibilité moindre du nucléaire. En effet, la capacité nucléaire a chuté de 14% la semaine dernière alors que le programme d’entretien d’été continue de mettre hors service les unités. Une panne non planifiée au réacteur Nogent 2 a encore resserré l’approvisionnement. Les attentes d’un réseau électrique serré ont également fait grimper les prix du mois à venir, le contrat d’électricité de juillet ayant augmenté de 20% au cours de la semaine.

Gaz

Un recul similaire à celui observé sur le marché de l’électricité a été observé la semaine dernière sur les marchés du gaz, du pétrole, du charbon et du carbone. Le contrat Peg Nord oscille entre 22 et 23 € / MWh, après avoir culminé à 24 € le mois dernier. La disponibilité nucléaire plus faible a augmenté la part de la production de gaz et de charbon plus coûteuse dans le mix électrique.

Le gouvernement va subventionner les véhicules fonctionnant au gaz hydrogène

Le gouvernement français a présenté des subventions destinées à soutenir l’utilisation de voitures fonctionnant à l’hydrogène pour contribuer à une politique de réduction de la consommation de combustibles fossiles et de lutte contre le changement climatique. Des plans de dépenses pour 100 millions d’euros de subventions d’ici 2023 ont été défini afin de réduire le prix des véhicules fonctionnant à l’hydrogène. Cette initiative devrait entraîner une augmentation de 20 fois du nombre de véhicules fonctionnant à l’hydrogène et, par conséquent, entraîner une réduction de 10% des émissions de la production française d’hydrogène d’ici cinq ans.

260 véhicules de ce type sont actuellement utilisés en France. Cependant, le gouvernement prévoit d’acheter 5 000 camionnettes et 200 camions, autobus, bateaux et trains d’ici 2023 à un taux subventionné. Il subventionnera également l’installation d’électrolyseurs pour accélérer le processus de fabrication.
Engie SA, le deuxième plus grand fournisseur d’électricité du pays, ainsi que le producteur de gaz Air Liquide SA et McPhy Energy qui fabriquent des stations-service à l’hydrogène, ont soutenu les plans d’utilisation accrue de l’hydrogène dans l’industrie automobile. Cependant, les constructeurs automobiles PSA Group et Renault SA se concentrent sur les voitures électriques à batterie.

Les partisans de l’hydrogène soulignent que les piles à combustible durent plus longtemps que les batteries et que le remplissage d’un réservoir ne prend que quelques minutes.
« L’hydrogène sera un complément nécessaire à la mobilité électrique », a déclaré Franck Bruel, directeur des affaires d’Engie. « C’est la solution à l’intermittence des énergies nouvelles. »
Cependant, le coût des piles à combustible à hydrogène reste prohibitif, avec de lourds investissements dans la technologie des batteries qui font baisser le coût des véhicules électriques plus rapidement.
« La batterie électrique a toujours une longueur d’avance », a déclaré Patrick Pouyanne, Directeur Général de Total SA.

La gouvernement souhaite installer 100 stations d’hydrogène d’ici à 2023, contre une vingtaine actuellement, avec l’intention d’en faire passer le nombre à 1 000 d’ici 2028. Dans dix ans, le gouvernement espère que l’hydrogène alimentera 50 000 camions et 2 000 poids lourds sur l’hexagone. En revanche, le pays compte avoir 600 000 véhicules électriques sur les routes d’ici 2022, contre 120 000 aujourd’hui et 400 000 hybrides.

Myriam Amichia

Posté par le mercredi, le 6. juin à 0.56