Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 10/09/2018 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 10/09/2018

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 10/09/2018

Électricité Les prix de l’électricité à venir ont baissé de 3% la semaine dernière La disponibilité des centrales nucléaires a augmenté de près de 10% la semaine dernière. Cependant, il existe un rallye généralisé des produits de base. Le coût élevé du charbon et des coûts supplémentaires pour la production.…

Électricité

Les prix de l’électricité à venir ont baissé de 3% la semaine dernière La disponibilité des centrales nucléaires a augmenté de près de 10% la semaine dernière. Cependant, il existe un rallye généralisé des produits de base. Le coût élevé du charbon et des coûts supplémentaires pour la production.

Le coût de la production d’électricité reste élevé, suite aux récents gains exceptionnels réalisés sur les marchés du gaz, du charbon et du carbone. Après quelques mois d’absence, les contrats ont été renouvelés. Les chiffres annuels sont supérieurs à un tiers en glissement annuel, atteignant 59 € / MWh en semaine avant de se consolider autour de 56 € / MWh.

Gaz

Les contrats sur gaz à travers la courbe ont atteint de nouveaux sommets dans le cadre d’une reprise énergétique plus large, avec le potentiel de nouvelles augmentations à mesure que la tendance à la hausse se développe en hiver.

Les réserves de stockage françaises sont désormais en hausse de 9% sur un an. Toutefois, les stocks européens restent en baisse par rapport à 2017, avec 240 millions de mètres cubes d’injections nécessaires pour atteindre le sommet de l’année dernière. Les stocks ont fortement augmenté au cours des derniers mois par rapport aux creux de cinq ans observés à la fin du mois de mars à la suite de fortes injections au cours des dernières semaines. Les injections se poursuivront pendant le reste de l’été, ajoutant de la demande au système.

À la une !

Dans un communiqué, le président français Emmanuel Macron a nommé François de Rugy, ancien législateur vert du parti au pouvoir, au poste de nouveau ministre de l’Environnement. Il remplace Nicolas Hulot, qui a démissionné de son poste au mois d’août, en raison de la frustration suscitée par les « petites mesures » prises par le gouvernement pour lutter contre le changement climatique. François de Rugy aura la responsabilité de préparer la feuille de route du président Macron pour les dix prochaines années qui vise à réduire la dépendance de la nation à l’énergie nucléaire. Ce projet est contré par Electricité de France SA, l’opérateur des 58 réacteurs atomiques du pays, qui tente de convaincre le gouvernement de construire de nouveaux réacteurs pour remplacer les zones de sa flotte vieillissante. La nomination du nouveau ministre de l’énergie a suscité des opinions mitigées :

« Il est connu pour son engagement envers l’environnement, en particulier avec sa position anti-nucléaire. La peur est que sans aucun changement d’Emmanuel Macron, il ya peu de chances que François de Rugy fasse mieux que Nicolas Hulot », a déclaré Jean-François Julliard, chef de Greenpeace France.

François de Rugy était auparavant Président de l’Assemblée nationale. Il a rejoint le mouvement politique Génération Écologie dans les années 1990 en se concentrant sur les mouvements verts.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le mardi, le 11. septembre à 16.47