Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 09/10/2018 | Utilitywise France
Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 09/10/2018

Marché du gaz et de l’électricité Semaine du 09/10/2018

Électricité Les prix de l’énergie en France continuent de se consolider après les fortes progressions enregistrées pendant la saison estivale.  À l’heure actuelle, la tendance à la hausse se maintient, mais les prix annuels se sont stabilisés autour de 60 € / MWh depuis début septembre. La capacité du système…

Électricité

Les prix de l’énergie en France continuent de se consolider après les fortes progressions enregistrées pendant la saison estivale.  À l’heure actuelle, la tendance à la hausse se maintient, mais les prix annuels se sont stabilisés autour de 60 € / MWh depuis début septembre. La capacité du système à faire face à la demande accrue en hiver aura un impact majeur, en particulier sur les contrats à court terme.

Le coût de la production d’électricité reste élevé, à la suite de fortes hausses des marchés du gaz, du charbon et du carbone. Après s’être écartés de la fourchette maintenue pendant trois mois au cours de l’été, les contrats ont atteint de nouveaux sommets ces dernières semaines, avant de se consolider à un niveau élevé. Les prix annuels français de l’électricité sont encore supérieurs de plus de 40% par an.

gaz

Les préoccupations concernant la flexibilité de l’offre pour faire face à une demande accrue en hiver continuent de soutenir les prix. Toutefois, l’augmentation de la production norvégienne, les fortes injections de stockage et un début d’hiver plus doux ont entraîné une baisse des prix à court terme. La tendance à la hausse reste toutefois en place et les contrats ont encore augmenté de plus de 50% par rapport à l’année précédente, après les fortes hausses de prix observées en août et septembre.

Les réserves de stockage françaises sont maintenant supérieures de 20% en un an. Toutefois, les stocks européens au total restent en baisse par rapport à 2017, de nouvelles injections étant nécessaires jusqu’en octobre pour atteindre le sommet de l’année dernière. Les stocks ont fortement augmenté ces derniers mois par rapport aux niveaux les plus bas enregistrés au cours des cinq dernières années à la fin du mois de mars, mais il est peu probable qu’ils correspondent à ceux de l’année dernière, à moins que la période clémente ne se poursuive.

À la une !

Le gouvernement français projette d’éliminer progressivement la dépendance nucléaire.

La France envisage d’adopter une approche à long terme en ce qui concerne sa dépendance à l’énergie nucléaire, en choisissant de se concentrer sur la réduction de ses émissions de carbone, en prévision de son nouveau plan énergétique.
Le plan énergétique (EPP) tant attendu du pays pour 2019-23 et 2024-28 devrait préciser comment et quand il réduira de 75% à 50% la part du nucléaire dans sa production globale d’énergie.
Il précisera également combien de centrales nucléaires sur 58 EDF devront être fermées pour atteindre cet objectif.
La stratégie de réduction des émissions de carbone vise à protéger le FED, appartenant à l’État à 83,7%, des fermetures nucléaires, en mettant l’accent sur l’élimination progressive des centrales alimentées aux combustibles fossiles.
A moins que le régulateur, l’ASN, ordonne de nouvelles fermetures, EDF estime qu’il est improbable que le plan nécessite la fermeture d’autres usines avant la fin du mandat du président Emmanuel Macron, en 2022.
Cela laisse l’arrêt déjà prévu des deux réacteurs de Fessenheim comme la seule fermeture nucléaire française de cette période.
Emmanuel Macron est un ardent défenseur de l’industrie nucléaire, mais il est sous pression de la gauche de son mouvement centriste concernant la dépendance du pays à l’énergie nucléaire, à la suite de la démission de Nicolas Hulot, et avant les élections européennes de 2019.

Myriam-Deborah Amichia

Posté par le mercredi, le 10. octobre à 10.17